Traitement de la Douleur par Opioïdes

Les opioïdes: action et effets secondaires

Les opioïdes bloquent la transmission des stimuli douloureux au cerveau et préviennent ainsi le développement d’une mémoire de la douleur. Parmi les représentants naturels de cette catégorie de substances, citons les endorphines que le corps humain secrète automatiquement lorsqu’une douleur survient. L’important avec ces médicaments, c’est qu’ils soient pris régulièrement, selon un planning fixe. Résultat: l’effet antidouleur est lui aussi uniforme et constant. Les opioïdes modernes, dits à action retardée, se diffusent dans le corps de manière lente et continue et ne doivent donc pas être pris aussi si fréquemment. Ils existent sous forme de gélules, comprimés, sirop, gouttes et suppositoires.

Quant aux patchs, ils constituent un mode d’administration particulièrement confortable. La substance active traverse la peau pour aboutir dans le sang et, de là, parvenir dans la moelle épinière puis au cerveau. En général, les patchs doivent seulement être changés tous les trois jours et ont parfois moins d’effets secondaires. La plupart des patients préfèrent les patchs aux comprimés.

Les effets secondaires fréquents avec les opioïdes sont les nausées, les vomissements et les vertiges. En début de thérapie, ces effets doivent absolument être traités en parallèle, par une médication adéquate. Généralement, ils disparaissent après environ deux semaines.

L’effet secondaire le plus important des opioïdes forts est la constipation. Elle doit être traitée systématiquement dès le début, par des médicaments adéquats.